#Stimulation

Paddle : Le nouveau sport à la mode

Depuis Hawaï, dans le monde entier

Déjà les anciens Polynésiens et d'autres peuples vivant près de l'eau utilisaient des canots plats et des pagaies pour se déplacer sur la mer. Le paddle où l'on pagaie debout, sport aussi appelé stand up paddling (SUP), telle qu'elle est pratiquée aujourd'hui, remonte cependant aux moniteurs de surf hawaïens des années 1950 et 1960, qui pratiquaient cette technique pour mieux surveiller leurs élèves. Ils sont également les auteurs de l'autre appellation du SUP : le « Beach Boy Surfing ».
Partant de la pratique de surfeurs qui voulaient garder la forme même en l'absence de vagues, la paddle a été découvert en 2000 comme sport universel qui maintient le corps et l'esprit en forme, et qui muscle de façon optimale le dos, les épaules, les biceps de même que les muscles abdominaux et les jambes.

La technique

Bien que le paddle ressemble à une planche de surf, elle est beaucoup plus grande et plus stable de manière à mieux garder l'équilibre, mais un peu d'entraînement est quand même nécessaire. Vous vous tenez debout sur la planche et vous avancez en pagayant, en changeant régulièrement de côté. Ce qui semble simple au premier abord exige une suite de mouvements bien précis, mais que vous pourrez maitriser rapidement. Le but n'est pas de déplacer la pagaie dans l'eau, mais de déplacer votre corps sur la planche et sur l'eau, la pagaie jouant le rôle de stabilisateur. La force doit venir du haut du corps et non des bras – donc toujours bien contracter les muscles abdominaux. C'est pourquoi le SUP est aussi un excellent entraînement pour l’ensemble de votre corps. Un cours pour débutants est en tout état de cause recommandé, surtout pour ceux qui ne sont jamais montés sur une planche auparavant.

On se lance !

Le paddle peut se pratiquer sur la plupart des plans d'eau : mer, lac ou fleuve. Les meilleures conditions : un plan d'eau lisse et peu profond, avec peu ou pas de vent. Attention sur les rivières : cela peut être dangereux en fonction du courant et de la profondeur, surtout pour les débutants. Des mesures de sécurité spéciales doivent être prises, il est par exemple obligatoire de porter une combinaison en néoprène et des chaussures de surf compte tenu de l'eau de rivière souvent très froide. Par ailleurs, la corde qui vous relie à la planche doit être fixée à une ceinture portée autour de la taille et non à la cheville, comme c'est habituellement le cas. Ceci à cause des courants rapides de certaines rivières. Si vous tombez dans l'eau et que votre planche est attirée dans un rapide, il est important de pouvoir se libérer rapidement. Notez impérativement que certaines zones aquatiques sont assujetties à des règles de navigation : le SUP peut ainsi être interdit dans certaines eaux pour des raisons de protection de la nature, ou pour des raisons de sécurité sur les lacs de barrages et les eaux avec trafic maritime ou fluvial. Très important : ce sport nautique n'est absolument pas adapté aux non-nageurs ! Alors informez-vous bien avant, et plus rien ne fera obstacle aux plaisirs de l'eau.

L'embarras du choix : quelle est la bonne planche ?

La décision est prise, l'impatience monte ... mais quelle est la bonne planche de surf ? Tout dépend de l'usage que vous souhaitez en faire : avez-vous l'intention de faire du SUP sur un lac ou sur une rivière, en eau profonde ou pas ? Voulez-vous simplement faire un essai ou parcourir de longues distances pour retrouver (ou conserver) la forme ? Les enfants auront-ils le droit d'y monter et la planche doit-elle pouvoir servir à d'autres sports (voir ci-dessous) ?
Si vous n’avez que peu de place à la cave, vous pouvez opter pour la version gonflable, mais néanmoins robuste, en PVC, idéale pour les enfants, les randonnées en rivière et les débutants. Avec un peu plus d'espace de rangement et surtout d'expérience, n'hésitez pas à choisir une planche rigide.
Les planches universelles conviennent pour des usages variés et tous les types de milieux aquatiques. Comme leur nom l'indique, on peut les utiliser partout, mais moins si vous souhaitez essentiellement pagayer à grande vitesse et sur de longues distances. Et puis il existe toute une gamme de planches spéciales pour des exigences particulières, des planches de course, etc.
Quelques éléments essentiels pour se décider : Avec une planche longue, vous pourrez être particulièrement rapide, tout comme avec une planche étroite. Une planche courte en revanche est très maniable. Les planches larges et/ou lourdes offrent avant tout de la stabilité. Si vous n’êtes pas sûr de la planche qui vous conviendra le mieux, faites tout simplement l’essai en louant différents modèles.

La pagaie compte aussi

La planche à elle seule ne suffit pas, les pagaies aussi ont un rôle à jouer. Il en existe des légères et des lourdes, des longues et des courtes, et toute la gamme intermédiaire. Tout d'abord, la longueur de la pagaie doit être adaptée à votre taille et votre poids. Principe de base : la pagaie devrait avoir à peu près une longueur de pale de plus que votre taille. Le niveau d'expérience et le domaine d'utilisation sont également très importants : course, loisirs sur un lac, SUP sur rivière ? Car la taille de la pale varie aussi. Une personne légère et de petite taille aura du mal à manœuvrer une pagaie longue, lourde et dotée d'une grande pale, car la force requise pour pagayer serait trop grande.
Pour un premier équipement, les pagaies réglables sont une bonne solution. Vous pouvez régler la longueur jusqu'à ce que vous ayez trouvé ce qui vous convient le mieux. Les pagaies en aluminium sont certes un peu plus lourdes que celles en carbone, mais aussi beaucoup moins chères – les prix sont de plusieurs centaines d'euros pour la pagaie seule, alors que celles en aluminium coûtent moins de 50 euros. Mais il existe aussi des matériaux mixtes qui répondent à différentes exigences. Au début surtout, il peut arriver que vous perdiez une pagaie, surtout sur rivière. La perte d'un équipement initial bon marché vous fera moins de peine que celle d'une pagaie de haute qualité.

Du sport pour l'âme : le yoga SUP

Quitte à pratiquer un sport tendance, ne faisons pas les choses à moitié. Et comme les planches de SUP sont polyvalentes, elles peuvent aussi servir à faire du yoga. Exercices respiratoires en pleine nature, le doux clapotis des vagues dans l'oreille – de la détente multipliée par deux. Ces cours spéciaux de yoga sont aujourd'hui proposés sur différents lacs, renseignez-vous sur internet. Bien sûr, il faut un peu de pratique – et un bon sens de l'équilibre aussi – mais qui se plaindra de faire un plongeon dans l'eau fraîche par des températures estivales ?

© Dorling Kindersley Verlag GmbH